Il n’est pas difficile de comprendre l’attrait des jeux vidéo. Tout d’abord, il y a le pouvoir. La plupart des enfants et des adolescents ne pensent pas avoir beaucoup de contrôle sur leur monde.

On leur dit généralement quoi porter et manger, quand dormir et se réveiller, comment passer la majeure partie de leur journée (à l’école) et même qui devraient être leurs amis.

Dans un jeu vidéo, l’enfant a le contrôle, qu’il participe à une bataille royale, maîtrise des coups de langue de guitare ou mène un raid de la Horde sur l’Alliance.

L’appel du jeu

Surtout, il y a l’excitation. Un bon jeu fera battre votre pouls et votre adrénaline, même si vous êtes simplement assis sur le canapé avec une manette.

Les jeux avec une composante temporelle amplifient cette excitation, même dans des jeux simples comme Jewel Quest où vous êtes à une seconde avant que tout explose parce que vous n’avez pas trouvé les trois joyaux correspondants.

Un autre attrait est que la plupart des jeux ont des niveaux de compétence. Ils commencent simples pour que tout le monde puisse jouer, mais augmentent en difficulté à mesure que le joueur améliore son jeu. Cela aspire le joueur dans le jeu et lui donne un sentiment d’accomplissement, ce qui rend difficile d’arrêter de jouer.

Je suis sûr que vous avez entendu quelque chose à propos de: “Mais maman, j’étais sur le point d’atteindre le niveau 60 et d’obtenir une nouvelle armure!” après avoir dit aux enfants qu’il était temps de dîner.

Les jeux les plus addictifs sont sans doute ceux qui n’ont pas de fin. Ce sont généralement des jeux de rôle en ligne massivement multijoueurs, ou MMORPG, comme World of Warcraft. Il ne s’agit pas seulement de battre un adversaire et de passer au suivant.

Les joueurs ont souvent plusieurs types de personnages et doivent effectuer certaines tâches afin d’obtenir un meilleur équipement ou d’autres récompenses. Ils travailleront également en groupe avec d’autres joueurs du monde entier.

Les raids sont programmés des jours à l’avance et les joueurs sont rétrogradés ou dénigrés par leurs camarades s’ils ne se présentent pas et ne jouent pas pendant toute la séquence, ce qui peut parfois prendre des heures.

D’autre part, des jeux comme Fortnite et GTA V ont profité du jeu en ligne pour s’éloigner du gameplay conventionnel de «mission» à un joueur. Les joueurs s’affronteront désormais pour la suprématie avec des amis ou avec d’autres joueurs du monde entier.

À la fin d’un jeu particulier, le joueur peut immédiatement en rejoindre un autre et essayer à nouveau de remporter la victoire.

Attitudes des parents

jeu vidéoDe nombreux parents considèrent le jeu comme une dépendance relativement inoffensive par rapport aux dangers du monde réel. Quand ils sont à la maison, nous savons ce qu’ils font et avec qui ils jouent (enfin, en quelque sorte). Mais la dépendance aux jeux vidéo peut ruiner des vies. Les enfants qui jouent quatre à cinq heures par jour ont peu de temps pour socialiser, faire leurs devoirs ou faire du sport.

Il est également difficile de se débarrasser de cette habitude. Les accros aux jeux vidéo et aux ordinateurs ne peuvent pas éviter les ordinateurs. Ils doivent les utiliser pour leurs devoirs et communiquer avec leurs amis. C’est comme mettre un alcoolique dans un bar et dire: «Juste un verre». Les parents doivent fixer des limites strictes et surveiller l’utilisation. Cela signifie que l’ordinateur ou les systèmes de jeu doivent être dans le salon ou partout où d’autres membres de la famille sont présents.

Mais surtout, les parents devraient aider leurs enfants à trouver des alternatives aux jeux vidéo. Essayez de les amener à participer à des sports, à rejoindre l’orchestre de l’école ou à un club parascolaire, ou simplement jouer dehors avec les voisins. N’ayez pas peur des mots «je m’ennuie». La vérité est que s’ils s’ennuient suffisamment, ils trouveront quelque chose à faire. Vous pouvez toujours proposer de leur donner des tâches supplémentaires!

Obtenir de l’aide

Parce que beaucoup perçoivent le jeu excessif comme une dépendance relativement inoffensive, la plupart des familles ne recherchent pas l’aide dont elles pourraient avoir besoin. Les temps changent cependant.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a pris la décision historique d’inclure les troubles du jeu dans son prochain manuel de diagnostic. On espère qu’une reconnaissance appropriée de la dépendance au jeu aidera les familles à trouver un traitement approprié pour la personne touchée.

Les conséquences de ne pas intervenir tôt dans les cas de véritable dépendance au jeu peuvent être considérables. Par exemple, les enfants impulsifs ou ceux qui ont du mal à interagir en face à face sont plus susceptibles que leurs pairs d’être entraînés dans des jeux excessifs.

Cependant, se retirer dans les jeux vidéo peut en fin de compte aggraver les problèmes sous-jacents, y compris les mauvaises compétences sociales. Plus ces problèmes se développent, plus l’adepte du jeu s’échappe dans la réalité alternative offerte par les jeux vidéo.

Les modèles de comportement de jeu nuisibles ont tendance à devenir plus intégrés au fur et à mesure qu’ils durent. La recherche d’un traitement peut également aider à découvrir et à résoudre d’autres problèmes de santé mentale tels que la dépression, l’anxiété et le TDAH.

Bien que tous les accros au jeu ne soient pas aux prises avec des troubles de santé mentale sous-jacents, il a été constaté que les personnes touchées sont beaucoup plus susceptibles que leurs pairs de souffrir de l’un de ces trois troubles.

Demander de l’aide tôt permet aux accros du jeu de trouver la racine de leurs problèmes et de les résoudre avec assurance. Donner la priorité à la santé mentale chez les adolescents est extrêmement important s’ils veulent devenir des individus heureux et bien équilibrés.

Retrouvez sur ce site d’actualités françaises d’autres articles sur les jeux vidéo.